Passer au contenu principal
Panier

LES BACTÉRIES INTESTINALES, LA PEAU ET LE CERVEAU

Publié le

L’intestin influence plusieurs fonctions de l’organisme. Mais depuis 1930, les chercheurs étudient le lien étroit qu’il entretient avec la peau. Votre cerveau et votre intestin sont en constante corrélation. C’est pourquoi certains troubles digestifs peuvent se traduire de façon apparente (et désagréable) sur votre peau. En plus d’avoir à gérer son propre microbiome (ou flore cutanée), votre peau doit également faire face à certains facteurs environnementaux qui peuvent entraîner des conséquences néfastes pour sa santé et son apparence. 

Vous êtes ce que vous absorbez

Votre peau et votre intestin partagent certaines similitudes quand vient le temps de vous protéger des micro-organismes nuisibles. Bien que ces deux organes soient très différents, ils maintiennent collectivement l’équilibre de votre organisme et contribuent à votre santé globale. L’intestin contient de 300 à 500 espèces de bactéries différentes, tandis que la peau en abrite près d’un millier. En outre, la peau et l’intestin sont de puissants alliés dans la lutte contre les agents pathogènes. La peau étant poreuse, elle absorbe en moyenne 64 % de ce tout ce qui vient en contact avec elle. Elle sert également d’« hôtesse » à de nombreux micro-organismes extérieurs qui se trouvent dans l’air, dans l’eau et même dans les aliments.

La santé intestinale et les affections cutanées

Malheur! Vous êtes aux prises avec des visiteurs malvenus sur le menton. Ce n’est pas le fruit du hasard. La santé de votre peau est étroitement liée aux flux hormonaux et à l’hygiène, mais un intestin malade peut également provoquer certaines affections cutanées. En effet, l’apparition sur votre visage de symptômes comme les taches et les ulcères peuvent découler d’un déséquilibre bactérien ou d’une inflammation ayant cours dans votre intestin. À l’extrême, la maladie de Crohn (une maladie inflammatoire de l’intestin) peut se manifester par des éruptions cutanées et par des ulcères buccaux. Corroborant le lien étroit entre les deux organes, une étude récente montre que les personnes atteintes de rosacée (comparativement à celles qui n’en sont pas atteintes) courent un risque dix fois plus élevé de souffrir d’une prolifération bactérienne dans l’intestin grêle. Vous connaissez sûrement l’adage « on est ce que l’on mange ». Étonnamment, ce dicton populaire s’applique aussi à la santé de votre peau. En effet, il s’avère que les aliments riches en céréales et en sucres raffinés (comme le riz blanc, les pâtes, le pain et les desserts), la malbouffe et les produits laitiers sont, par l’entremise de votre intestin, néfastes pour votre santé cutanée. Par ailleurs, plusieurs études établissent une corrélation nette entre ce que vous ingérez et ce qui « bourgeonne » sur votre visage.
 

Le stress, la peau et la santé intestinale

Le stress peut provoquer une réaction chimique sur votre peau, la rendant plus sensible aux éléments qui l’entourent. En déclenchant la production de cortisol, le stress force vos glandes à sécréter plus de sébum, ce qui crée des conditions favorables pour l’acné et d’autres affections cutanées. En outre, on dit également que le stress et certains autres états émotionnels peuvent avoir un effet négatif sur le microbiote intestinal. Ce phénomène peut augmenter l’inflammation et la perméabilité intestinale (aussi appelée « intestin passoire »). 

Les probiotiques et les affections cutanées        

Les maquilleurs et les visagistes se tournent de plus en plus vers la technologie des probiotiques. Ils ont compris que tout se passait dans l’intestin. En effet, 70 à 80 % de votre système immunitaire y réside. Mais quel est le lien entre l’intestin et l’aspect de votre peau? Bien que les études soient encore récentes, certaines citent que des souches probiotiques spécifiques (notamment Lactobacillus et Bifidus) pourraient aider à réduire l’apparition d’acné et de lésions cutanées au fil du temps.

Voici une bonne nouvelle en deux volets : le soja, le tempeh et les cornichons contiennent ces souches spécifiques. Si vous ne pouvez consommer ces aliments, la supplémentation est indiquée pour vous.  

Références :

  • Salem, I., Ramser, A., Isham, N., & Ghannoum, M. A. (2018, July 10). The Gut Microbiome as a Major Regulator of the Gut-Skin Axis. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6048199/

  • Parodi, A., Paolino, S., Greco, A., Drago, F., Mansi, C., Rebora, A., … Savarino, V. (2008, July). Small intestinal bacterial overgrowth in rosacea: clinical effectiveness of its eradication. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18456568

  • Byrd, A., Belkaid, Y. & Segre, J. The human skin microbiome. Nat Rev Microbiol 16, 143–155 (2018). https://doi.org/10.1038/nrmicro.2017.157

  • Cook, D. (2018, December). How Does your Gut Health Affect your Skin? Retrieved from https://cdhf.ca/frhealth-lifestyle/how-does-your-gut-health-affect-your-skin/

  • Huang, B. L., Chandra, S., & Shih, D. Q. (2012, February 6). Skin manifestations of inflammatory bowel disease. Retrieved from https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3273725/

  • Burgess, L. (2018, January 18). Ulcerative colitis skin rash: Hives, acne, psoriasis, and more. Retrieved from https://www.medicalnewstoday.com/articles/320638

  • Universitat Pompeu Fabra - Barcelona. (2019, July 8). Composition of human skin microbiome can be modulated. ScienceDaily. Retrieved from www.sciencedaily.com/releases/2019/07/190708122355.htm

  • Composition of human skin microbiome can be modulated. (2019, July 8). Retrieved from https://www.sciencedaily.com/releases/2019/07/190708122355.htm