Passer au contenu principal
Panier

En amour avec les saveurs automnales

Publié le

J’ai la chance de vivre dans un pays qui compte quatre saisons. Je savoure à l’avance l’arrivée de chacune, mais l’automne reste de loin ma préférée. La beauté de la nature qui se dépouille peu à peu en prévision de l’hiver et l’abondance des récoltes en font la saison par excellence du confort et du bien-être.
 
Côté alimentation, je me laisse guider par les récoltes et j’essaie d’orienter ma famille vers de bons produits saisonniers et locaux. Légumineuses, légumes-racines et fines herbes d’automne font d’excellents ingrédients de base pour des soupes, des ragoûts et d’autres bons plats qui tiennent au corps. Mère Nature sait fort bien « que les aliments sont remèdes ». Intégrez ces superaliments à votre régime pour renforcer votre système immunitaire et préparer votre organisme au froid des mois à venir.
 
En vingt ans de pratique comme nutritionniste, j’ai vu beaucoup trop de tendances alimentaires surgir puis disparaître en laissant derrière elles des taux record d’obésité, de maladies cardiaques et de diabète. Sans compter les carences nutritionnelles, dont on parle peu mais qui n’en sont pas moins importantes, et qui résultent de cette quête d’un équilibre parfait entre glucides, lipides et protéines.
 
À l’orée de l’automne, prêtons une attention particulière aux aliments saisonniers riches des éléments nutritifs dont le corps a besoin pour une santé optimale.
 

Les superaliments de l’automne

La pomme

Selon l’adage, « une pomme par jour éloigne le médecin pour toujours ». C’est bien vrai. Chargées d’antioxydants, de vitamine C, de fibres et de pectine, les pommes sont délicieuses telles quelles ou ajoutées à des soupes, des frappés, des muffins, bref à toutes les recettes imaginables. Pour un petit plaisir familial, rendez-vous au verger local et laissez-vous chanter la pomme par le fruit le plus populaire du pays.
 

La grenade

Véritable usine d’antioxydants, de vitamine C et d’acide folique, les graines acidulées et le jus de la grenade font merveille dans les marinades et les salades.
 

Le chou de Bruxelles

Mon préféré parmi les légumes d’automne. À condition d’être bien apprêté, il est irrésistible. Acide folique, vitamine K et fer ne sont que trois des éléments nutritifs qui en font un indispensable de vos menus. Ma recette préférée : enrobés d’huile d’olive, avec de l’ail frais et du jus de citron, puis rôtis 20 minutes et saupoudrés de parmesan. Vous ne leur tournerez jamais plus le dos!


Le panais

Fabuleux légume d’automne à la douce saveur de noisettes, le panais est excellent dans les soupes et les ragoûts.


Le chou-fleur

Chouchou des superaliments en 2014, le chou-fleur est l’accompagnement idéal des plats d’automne et d’hiver. Ses phytonutrients et sa teneur en vitamine C nous aident à traverser en santé les dures transitions entre saisons.
 

La tomate

Ma belle-famille italienne me fait apprécier plus que jamais la valeur de la tomate! Pâtes, sauces, salades, soupes et ragoûts sont parfaits pour l’automne et l’hiver. À nous les tomates bien douces et bien juteuses, fraîchement cueillies au jardin. Riche en antioxydants, en lycopène et en vitamine C, la tomate est tous les jours un incontournable, dans ma famille.


La courge

La teneur en nutriments varie d’une courge à l’autre, mais voici ce qu’on y retrouve généralement en grande quantité : agents alcalinisants, potassium, acide folique, magnésium, thiamine et fibres alimentaires. Cela en fait donc un excellent choix pour contrer les « malaises » de l’hiver et maintenir notre état de santé général.
 

Suppléments d’automne

Certes, l’automne est magnifique et généreux, mais il signale le retour aux horaires chargés et à la routine. C’est aussi une transition vers une période stressante. Or, je crois fermement à la valeur et aux bienfaits des suppléments nutritifs. À l’automne, les acides gras oméga-3, les probiotiques et la vitamine D viennent en tête de ma liste. La vitamine D importe particulièrement, puisque l’exposition au soleil est minimale. Il est recommandé de prendre chaque jour 25 unités internationales [UI] par livre de poids corporel de vitamine D3 pour garder le moral et entretenir son système immunitaire.


Soupe au chou frisé, aux haricots blancs et aux pâtes

Ingrédients
1 boîte de haricots cannellini
1 boîte de pois chiches
¼ de tasse d’huile d’olive
2 c. à table d’ail émincé
1 gros oignon haché
2 branches de céleri hachées
1 grosse boîte de tomates en dés
2 tasses d’eau
4 tasses de bouillon de légumes
½ c. à thé d’origan
2 grosses feuilles de laurier
1 c. à thé de sel
½ c. à thé de poivre
½ livre (225 g) de spaghetti (cassés en tronçons de 1 pouce)
1 bouquet de feuilles de chou frisé (kale) lavées, nervures centrales enlevées et coupées en petits morceaux
 
Dans une marmite, faire sauter l’huile d’olive, l’ail, l’oignon et le céleri pendant 2 à 3 minutes. Ajouter les haricots et les pois chiches, les tomates et leur jus, deux tasses d’eau et le bouillon. Porter à ébullition. Ajouter l’origan, les feuilles de laurier, le sel et le poivre. Réduire la chaleur et laisser mijoter pendant 1 ½ heure (ou jusqu’à ce que les haricots et les pois chiches aient ramolli et commencent à s’ouvrir). Environ 20 minutes avant la fin de la cuisson, ajouter le chou. Couvrir et cuire jusqu’à ce que le chou soit tendre.
 
Dans une autre casserole, cuire les pâtes. Égoutter. Ajouter à la soupe quelques minutes avant le service.

Saupoudrer de fromage parmesan pour donner encore plus de goût, et servir avec une bonne tranche de pain italien. 

Karlene Karst, diététiste, auteure et mère de trois enfants, vit dans la superbe ville de Vancouver (C.-B.). Elle passe l’automne entre les étals des marchés, dans les vergers à cueillir des pommes et dans les champs à récolter des légumes.