Passer au contenu principal
Panier

Les problèmes de santé digestive sont en augmentation

Publié le

Selon la Fondation canadienne pour la promotion de la santé digestive, le Canada a l’un des taux les plus élevés du syndrome du côlon irritable : quelque cinq millions de Canadiens en souffrent. La prévalence de l’affection abdominale inflammatoire, de la maladie cœliaque, de la sensibilité au gluten et d’autres troubles digestifs serait aussi en augmentation. Pourquoi? Voici quelques pistes d’explication :

 

Votre microbiome :

De nos jours, les gens mangent des aliments hautement transformés qui altèrent le microbiome, c’est-à-dire l’ensemble des bactéries qui habitent le tube digestif. Le microbiome varie d’une personne à l’autre et se transforme aussi avec l’âge. Autrement dit, l’alimentation influe sur les bactéries qui habitent l’intestin et, au bout du compte, sur la façon dont le système immunitaire réagit aux protéines alimentaires associées aux allergies, à la maladie cœliaque et aux sensibilités alimentaires.


Affaiblissement du système immunitaire :

La plupart des gens ne se rendent pas compte qu’une bonne partie du système immunitaire se retrouve dans le tube digestif. La surconsommation d’antibiotiques d’ordonnance ainsi que l’usage de plus en plus répandu de serviettes, savons et gels antibactériens affaiblissent la capacité du système immunitaire à combattre les infections bactériennes et virales courantes. L’exposition aux microbes et aux infections a pour effet non seulement d’entraîner le système immunitaire à reconnaître les pathogènes, mais aussi d'inhiber sa réaction en présence de protéines alimentaires ou d’autres allergènes environnementaux. De nombreux problèmes de santé digestive sont liés à des sensibilités alimentaires et à des inflammations causées par un affaiblissement du système immunitaire.


Stress :

Le stress du quotidien agit sur la sensibilité intestinale; il a un effet sur l’intensité de la douleur ressentie et sur la fluidité du mouvement de la nourriture dans l’intestin. Le stress augmente le taux de cortisol, une hormone qui peut causer une inflammation de la paroi intestinale et ainsi nuire à la digestion et à l’absorption.

 

Quatre stratégies pour améliorer votre santé digestive :

 

Prenez un supplément probiotique :

La prise d’un supplément probiotique à large spectre contenant des cultures de Lactobacillus et de Bifidobacterium aide à coloniser le petit et le gros intestin et à développer un microbiome équilibré. Cela aide à prévenir l’augmentation de la perméabilité intestinale, qui permettrait à des protéines comme le gluten, la caséine et d’autres allergènes alimentaires de pénétrer dans l’appareil digestif et de causer de l’inflammation. Je recommande la prise d’un probiotique procurant des doses d’au moins 2 milliards de cellules actives encapsulées pour résister au passage par l’estomac. Pour les enfants de plus d’un an, il est parfois possible d’ouvrir les capsules et d’en mélanger le contenu à la nourriture.

 

Mangez plus de fibres solubles et buvez suffisamment :

On a constaté que les fibres solubles présentes dans les cosses de psyllium, l’avoine, les légumes-racines et certains fruits dont les baies réduisaient les ballonnements, les gaz et les spasmes. Évitez toutefois de trop consommer de fibres d’un seul coup et assurez-vous de boire suffisamment pour prévenir les ballonnements dus à l’accumulation de gaz intestinaux.

 

Gérez votre stress :

Tâchez de dormir suffisamment et de prendre du temps pour vous chaque jour, ne serait-ce que pour sortir marcher une vingtaine de minutes dans votre quartier. Le stress crée un cercle vicieux dans l’organisme; essayez de trouver des moyens de l’évacuer.

 

Augmentez votre consommation de bons gras :

Pour réduire l’inflammation et renforcer votre système immunitaire, augmentez votre consommation d’ADH et d’AEP provenant de poissons gras et d’AAL provenant de graines de lin, de noix et d’autres graines. Visez de 170 à 340 grammes par semaine de poisson gras à faible teneur en mercure, comme le saumon, l’anchois et le maquereau. Si vous n’aimez pas le poisson, prenez un supplément quotidien de 1 000 mg d’huile de poisson ou de krill.