Passer au contenu principal
Panier

On est ce qu’on mange

Publié le

Le vieil adage « On est ce qu’on mange » est bel et bien vrai. L’alimentation apporte à l’organisme les matériaux nécessaires pour construire des cellules. Toutes nos cellules, comme celles du foie, les globules rouges ou les cellules cardiaques, meurent et sont remplacées constamment tout au long de notre vie. Ce sont les nutriments provenant de notre alimentation qui apportent les matériaux nécessaires à ce cycle continu. On peut donc littéralement dire qu’« on est ce qu’on mange ». Manger santé pour garder la santé : ça a l’air facile, mais ça ne fonctionne que si l’on digère bien.

À vivre une vie effrénée et à trop manger d’aliments appauvris, nous obligeons notre appareil digestif à travailler plus fort pour nous garder en santé. Il doit décomposer les aliments que nous mangeons en molécules spécifiques pour en extraire les bons nutriments. Ces molécules, lorsqu’elles sont bien digérées, sont absorbées dans le sang et acheminées aux cellules partout dans le corps, où elles sont utilisées pour soutenir, réparer, protéger et stimuler toutes sortes de processus comme la fabrication d’anticorps ou de nouvelles cellules cutanées, la combustion des réserves de graisse ou l’amélioration de la mémoire. Ici, toute perte d’efficacité ou dysfonction a pour effet de diminuer l’utilité des aliments et, corollairement, de nuire à notre état de santé général.

Certains facteurs comme le stress, l’infection, le vieillissement, la prise d’antibiotiques et une alimentation riche en aliments transformés et pauvre en fibres dépouillent le gros intestin de ses « bonnes » bactéries, qui sont nécessaires à la digestion complète des aliments et à la santé du système immunitaire. Ces organismes alliés de la santé détruisent les bactéries et les levures indésirables ou inhibent leur action. De plus, ils produisent des vitamines, détoxifient le côlon, régulent le pH, facilitent l’absorption des minéraux et aident à prévenir certains cancers. Une mauvaise colonisation entraîne une malabsorption des nutriments et, du même coup, des gaz, des ballonnements, de l’inflammation, une évacuation difficile des selles et, au final, un piètre état de santé.

Beaucoup de gens se plaignent de stress et de troubles digestifs, et l’on ne saurait trop insister sur l’importance d’améliorer sa digestion. Manger des aliments nutritifs, bien mastiquer et refaire le plein de bonnes bactéries dans l’intestin au jour le jour sont des mesures importantes. De plus, la prise d’un supplément de probiotiques l’estomac vide entre les repas peut apporter une multitude de bienfaits. Par exemple, cela empêche les bactéries nocives comme la salmonelle de former des colonies, augmente de 28 % la production d’anticorps et de cellules T (cellules protectrices du système immunitaire), aide à recycler les œstrogènes et d’autres hormones, et maintient la santé de la paroi intestinale, permettant une absorption maximale des nutriments.

Faites les bons choix et prenez de bonnes habitudes : vous ne pourrez que vous sentir mieux dans votre peau.

Penny Kendall-Reed, docteure en naturopathie

Penny Kendall-Reed pratique à Toronto. Titulaire d’un B.Sc. en neurobiologie de l’Université McGill, elle a poursuivi ses études au Canadian College of Naturopathic Medicine, où elle a obtenu son grade en médecine naturopathique, en 1997. Son excellence clinique lui a valu le prix Dr. Allen Tyler. Spécialiste des troubles métaboliques et auteure d’un best-seller national, The Naturopathic Diet (et d’un ouvrage plus complet, The New Naturopathic Diet), elle est aussi coauteure de The No Crave Diet, son plus récent ouvrage. Penny Kendall-Reed donne des conférences un peu partout au Canada et aux États-Unis sur la perte de poids et les maladies liées à l’obésité. Elle a aussi cosigné les livres Healing Arthritis, The Complete Doctor’s Healthy Back Bible et The Complete Doctor’s Stress Solution. Elle intervient souvent à la télévision, dans les magazines et à la radio au Canada et aux États-Unis sur des sujets liés à la santé. Penny Kendall-Reed est actuellement directrice des thérapies naturelles à la clinique Urban Wellness de Toronto.