Passer au contenu principal
Panier

Une affaire de cœur

Publié le

Quoi de plus bouleversant pour la femme de moins de 30 ans que je suis de constater que, contrairement à ce que l’on pense souvent, les maladies cardiovasculaires emportent plus de femmes (30 % de tous les décès) que d’hommes (28 % de tous les décès).

Les maladies cardiovasculaires englobent toutes sortes d’affections engendrées par une lésion ou une maladie du cœur et des vaisseaux sanguins au niveau du corps et du cerveau. Quelques affections cardiaques sont parfois dues à l’hérédité ou à un problème de santé préexistant. Mais quand on regarde la liste des facteurs de risque (sédentarité, obésité, hypertension artérielle, tabagisme, hypercholestérolémie et diabète) on comprend vite que les maladies cardiaques sont le plus souvent évitables.

Et c’est là que réside mon défi professionnel. Je crois que le corps humain possède la capacité de s’autoguérir. Ma pratique reflète mon engouement, voire ma ferveur, pour la capacité que nous avons toutes et tous d’être bien dans notre peau, de prendre soin de notre santé et de vivre une vie active. Je suis toutefois consciente que, lorsqu’on mène une vie occupée, manger santé relève parfois plus de la fiction que de la réalité.

Cela dit, mon message pour février, c’est que les maladies cardiovasculaires sont le plus souvent évitables pour autant que l’on choisisse de prendre des habitudes qui sont bonnes pour le cœur. D’ailleurs, si vous décidez de vous occuper de votre santé cardiaque maintenant, votre risque de développer une maladie cardiaque chutera de 92 % au tournant de vos 50 ans.

 

Bougez!

Chantons les vertus de l’activité physique. Faire de l’exercice chaque jour, c’est bon pour le stress, l’humeur, l’énergie, le sommeil et la digestion. Une étude auprès de 73 000 femmes ménopausées a constaté que la marche rapide et l’exercice intense réduisaient considérablement l’incidence des maladies cardiaques tandis que le fait de rester en position assise pendant longtemps augmentait les risques. Vous aurez peut-être du mal à vous y mettre au début, mais les bénéfices vous encourageront à persévérer.

Pour une santé cardiaque optimale, les Directives canadiennes en matière d’activité physique recommandent 150 minutes d’activité physique d’intensité modérée à élevée par semaine pour les adultes. Je dis à mes patients : « Faites monter votre fréquence cardiaque et suez 20 minutes chaque jour! » Si votre budget ou votre emploi du temps ne vous permet pas de fréquenter un centre de conditionnement physique, il existe des solutions toutes simples : aller travailler à pied, promener son chien ou faire du vélo stationnaire à la maison.


Mangez mieux, vivez mieux

Bien manger peut changer votre vie. Ne lésinez pas sur les fruits, les légumes, les grains entiers, les fibres, les protéines maigres et les bons gras présents dans l’huile de poisson, l’huile d’olive, les avocats et les noix. Limitez votre consommation de gras saturés, de sucre raffiné, de sel, d’alcool et d’aliments transformés. Ces aliments ne feront rien pour stimuler votre vitalité ou améliorer votre bien-être général. Ce sont souvent des sources de calories vides peu nourrissantes et sans effet sur la santé cardiaque.

De nouvelles études démontrent que le fait de bien manger peut carrément prolonger votre espérance de vie. Une étude inédite publiée récemment dans la revue Hypertension a constaté que le risque de problèmes cardiaques chez les femmes qui mangeaient peu ou pas de poisson était 50 % plus élevé que chez les femmes qui en consommaient régulièrement. Le poisson est riche en acides gras essentiels oméga-3 polyinsaturés, qui agissent sur de nombreux mécanismes moléculaires dans l’organisme et exercent une action très bénéfique sur la santé.

Les acides gras essentiels oméga-3 réduisent la triglycéridémie, la fréquence cardiaque et la pression artérielle. Ces nutriments essentiels améliorent aussi la fonction cardiaque et son efficacité. L’huile de poisson est en outre bénéfique pour les vaisseaux sanguins et réduit la viscosité du sang, ce qui réduit le risque que des caillots sanguins se forment et s’agglutinent sur les parois artérielles. De plus, les huiles oméga-3 réduisent l’inflammation (associée à l’arthrite et à l’eczéma) et améliorent la texture de la peau et la beauté du teint.

Alimentation vs supplémentation

Je recommande toujours de favoriser les nutriments de source alimentaire. Or, l’alimentation à elle seule ne suffit pas toujours à fournir la dose thérapeutique d’oméga-3, surtout lorsque le poisson que l’on mange contient un cocktail toxique de contaminants environnementaux (métaux lourds, dioxines, BPC et composés organochlorés).

Le lin est une bonne source d’oméga-3, mais son efficacité est moindre. Les études confirment coup sur coup que les sources animales d’oméga-3 – comme le poisson – sont plus facilement assimilables par le corps humain. Je vous recommande donc de limiter vos portions de poisson à une ou deux par semaine et, pour augmenter votre apport en oméga-3, de prendre un supplément pur et puissant d’huile de poisson.

Les suppléments d’oméga de Jamieson sont élaborés à partir d’huile de poisson riche en acides gras essentiels provenant de petits poissons planctonophages (sardines et anchois) pêchés au large des côtes péruviennes, où les pratiques de pêche durable sont parmi les plus rigoureuses au monde. La teneur en contaminants chez ces petites espèces est naturellement moins élevée comparativement aux poissons carnivores, comme le saumon et le flétan. Préalablement à leur encapsulation par Jamieson, ces huiles sont soumises à un procédé breveté qui les débarrasse des impuretés qui contaminent nos océans.

Sous forme liquide ou en capsules molles, les suppléments d’oméga-3 de Jamieson sont les meilleurs. Au final, c’est dans la simplicité de la prévention que se cache le secret d’une bonne santé.