Passer au contenu principal
Panier

NOUVELLE ÉTUDE SUR L’ACIDE FOLIQUE ET L’OBÉSITÉ CHEZ LES ENFANTS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Publié le

Objectif de l’étude

Selon une étude réalisée à la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health et publiée en ligne dans le Journal of the American Medical Association Pediatrics (JAMA Pediatrics) le 13 juin 2016, un enfant pourrait être plus susceptible de souffrir d’embonpoint ou d’obésité si sa mère présentait de faibles niveaux d’acide folique pendant sa grossesse.

Dans le cadre de cette étude toujours en cours, les chercheurs ont examiné les données de 1 517 mères et leurs bébés provenant de la Boston Birth Cohort (cohorte de naissances de Boston), issus principalement de milieux à faible revenu et de minorités. Les mères et les enfants ont été suivis dès la naissance de ces derniers (entre 1998 et 2012) et pendant une période allant jusqu’à neuf ans (entre 2003 et 2014). Les niveaux d’acide folique des mères ont été mesurés de 2 à 3 jours après l’accouchement.  

Conclusions

Les chercheurs ont constaté que plus le niveau d’acide folique dans le sang d’une mère était faible dans les jours suivant l’accouchement, plus le risque était grand que son enfant développe un surpoids ou devienne obèse. Le risque était plus élevé encore si la mère elle-même était obèse et présentait un faible niveau d’acide folique. Il était cependant plus faible si la mère avait des niveaux élevés d’acide folique dans le sang, même si elle était obèse.

Et moi, dans tout ça?

L’acide folique – ou vitamine B9 – est l’une des huit formes de vitamine B présentes naturellement dans un large éventail d’aliments. Il s’agit de la forme de ce nutriment qui est utilisée pour enrichir les céréales et le pain en Amérique du Nord. C’est aussi celle qu’on retrouve dans les suppléments de vitamines. 

On recommande généralement une supplémentation en acide folique pendant la grossesse (le plus souvent sous forme de multivitamine prénatale) pour prévenir les malformations du tube neural du fœtus. Nous savons qu’une supplémentation adéquate en acide folique, en particulier pendant le premier trimestre de grossesse, a un effet protecteur sur le développement de l’enfant. Cette étude renforce encore l’importance des recommandations actuellement en place. Santé Canada recommande un apport quotidien d’acide folique de 400 microgrammes (0,4 milligramme) pour les femmes qui envisagent une grossesse et de 600 microgrammes (0,6 milligramme) pour les femmes enceintes. À mesure que des données émergent, des recherches additionnelles pourraient cependant être nécessaires pour établir des niveaux supérieurs ou optimaux (plutôt que minimaux) d’acide folique à prendre durant la grossesse.

L’état nutritionnel d’une femme enceinte peut avoir une forte incidence sur la santé future de son enfant. Si vous êtes enceinte ou prévoyez le devenir, discutez avec votre professionnel de la santé du niveau de supplémentation en acide folique qui vous convient. Enfin, suivez toujours les instructions figurant sur l’étiquette du produit.

Pour en savoir plus sur cette étude, cliquez ici (en anglais).

Pour connaître la gamme de suppléments prénataux de Jamieson, cliquez ici.