Passer au contenu principal
Panier

Les 7 signes qui indiquent que votre santé intestinale est compromise

Publié le

Autrefois, l’intestin humain était perçu comme un système simple : la nourriture était ingérée, les nutriments étaient absorbés et les déchets excrétés. Mais grâce aux recherches en cours, nous savons maintenant que le microbiome intestinal est un système complexe et soigneusement équilibré qui joue un important rôle dans la régulation de différents processus organiques. Ceux-ci vont de l’immunité aux infections en passant par l’anxiété et le sommeil. La préservation d’une bonne santé intestinale, comme pour tout système biologique autorégulé, est une question d’équilibre. Dans ce contexte, il s’agit de l’équilibre entre les trillions de « bonnes » et de « mauvaises » bactéries qui colonisent votre système gastro-intestinal. 

Malheureusement, certaines habitudes et contraintes de la vie moderne peuvent faire basculer cet équilibre délicat vers une dysbiose intestinale, entraînant des problèmes de santé qui outrepassent le seul système digestif. Si vous craignez que votre santé intestinale ne soit compromise, voici sept symptômes à surveiller. Vous aurez ainsi la mainmise sur le rétablissement de votre équilibre intestinal.

Les ballonnements

Les ballonnements

Si vous avez déjà ressenti une distension abdominale à la suite d’un repas copieux, vous connaissez l’inconfort que provoquent les ballonnements. Un certain nombre de facteurs peuvent y contribuer, notamment les édulcorants artificiels, les boissons gazeuses ou le fait d’ingurgiter trop d’air en mangeant. Mais il peut s’agir aussi d’une inflammation intestinale. Cette condition particulière, appelée prolifération bactérienne intestinale (acronyme anglais : SIBO), survient lorsque les bactéries de votre côlon et de votre gros intestin se répandent dans votre intestin grêle, ce qui contribue au gonflement abdominal et à l’inconfort qu’il cause.

Si vous souffrez de ballonnements, il serait préférable d’éviter les édulcorants et les boissons gazeuses. Mais la consommation d’aliments fermentés ou la prise de suppléments de probiotiques pourrait également contribuer à atténuer de façon significative les gaz gênants et douloureux qui surviennent après les repas.

 

La constipation et la diarrhée

Votre santé digestive ne sait plus sur quel pied danser et vous alternez (à votre grand dam) entre la constipation et la diarrhée ? Selon la Fondation canadienne de la santé digestive, vous pourriez être atteint du syndrome de l’intestin irritable (SII), qui affecte jusqu’à 5 millions de Canadiens.

Alors que le traitement du SII cherche plus souvent à soulager ces deux symptômes (à tout le moins paradoxaux) plutôt que de s’attaquer à ses causes profondes, une étude publiée dans le Journal of Gastroenterology a révélé que les personnes qui souffraient du SII voyaient s’opérer dans leur intestin une altération de certains des groupes bactériens qui le colonisent. Les chercheurs ont identifié un certain nombre de coupables liés à ces changements, notamment l’utilisation d’antibiotiques, les infections, une mauvaise alimentation et le stress, ce dernier étant souvent associé aux poussées de SII.

 

Les brûlures d’estomac et le reflux gastrique

Les brûlures d’estomac et le reflux gastrique
Le reflux gastrique, une affection douloureuse qui entraîne l’acide gastrique à remonter dans l’œsophage, peut également provoquer des douleurs à la poitrine, communément appelées brûlures d’estomac. Les deux traitements les plus courants du reflux gastrique incluent les médicaments réducteurs d’acidité gastrique, aussi appelés inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) et l’évitement des aliments déclencheurs tels que le café, le vin et les aliments riches en lipides. Mais les recherches ont mis en lumière le rôle joué par les bactéries intestinales dans l’apparition de ces douloureux symptômes. Fait intéressant : il a même été démontré que certains médicaments anti-acidité tendaient à altérer davantage l’équilibre bactérien intestinal, créant ainsi un microbiote plus corrompu encore.

 

Migraine

Migraine
Approximativement 2,7 millions de Canadiens souffrent de migraine. En fait, un article paru dans la revue Cephalalgia classait la migraine au troisième rang mondial des maladies les plus répandues après les caries dentaires et les céphalées de tension.

Quiconque en souffre affirmera que l’épreuve est bien plus pénible à subir qu’un simple mal de tête. La douleur est certes plus intense, mais elle peut également s’accompagner de nausées, des vomissements et de vives douleurs abdominales. Mais pourquoi donc ? Des recherches récentes publiées dans la revue Frontiers in Neurology suggèrent que la dysbiose du microbiote intestinal est un facteur dans l’apparition de ces symptômes secondaires.

Des recherches complémentaires publiées dans le Journal of Clinical Neurology avancent que les personnes dont la santé intestinale est corrompue ont également une réponse exacerbée à la douleur. Ceci signifie qu’un déséquilibre bactérien intestinal amplifie la douleur causée par la migraine, rendant la personne qui en souffre encore plus misérable.

 

Les rhumes et les toux persistantes

Peu de gens savent où se trouve le système immunitaire dans l’organisme. Mais ceux et celles qui suggéreraient le tube digestif auraient en grande partie raison. Selon Dan Peterson, professeur adjoint de pathologie à la faculté de médecine de l’Université Johns — Hopkins, les cellules de défense de l’organisme qui composent le système immunitaire se logent majoritairement dans l’intestin.

Notre compréhension de la relation complexe qui s’opère entre la santé intestinale et l’immunité évolue sans cesse. Mais nous connaissons mieux le mécanisme qui engendre les différentes réponses immunitaires de l’intestin face aux agents pathogènes nocifs et aux organismes non toxiques que nous ingérons. Essentiellement, un microbiote intestinal déséquilibré fournira une réponse immunitaire incorrecte, permettant ainsi la persistance de certains symptômes incommodants. 

D’autres études ont démontré que les bactéries intestinales « enseignent » à notre système immunitaire comment fonctionner. Donc, le microbiote ne se limite pas seulement aux fonctions immunitaires, il apprend en fait à votre corps comment ne pas tomber malade.

 

L’anxiété

L’anxiété
Avez-vous déjà eu l’estomac noué ? Avez-vous déjà eu un poids sur l’estomac ? Peut-être avez-vous senti des papillons dans votre estomac lors d’une expérience stressante ou avez-vous senti dans vos entrailles que quelque chose ne tournait pas rond ? Ce n’est pas sans raison que ces expressions idiomatiques relient ces émotions négatives au tractus gastro-intestinal. D’ailleurs, les scientifiques appellent ce lien « l’axe intestin-cerveau ».

Comme c’est le cas concernant plusieurs autres problèmes de santé, des études ont démontré que le manque de diversité bactérienne et la prolifération de « mauvaises » bactéries intestinales peuvent agir négativement sur votre état mental. Des études préliminaires en neuropsychologie ont laissé entrevoir que les déséquilibres du microbiote pourraient s’avérer en tant que facteurs de problèmes psychologiques tels l’anxiété. Ainsi, la prochaine fois que vous traverserez une période tumultueuse, optez pour un produit fermenté qui contient de « bonnes » bactéries plutôt que de succomber à l’appel de la malbouffe ou autre nourriture réconfortante. Ce faisant, le rétablissement de votre équilibre intestinal déteindra assurément sur votre équilibre mental.

La fatigue chronique

Faire face à la fatigue peut s’avérer complexe et frustrant. Et malheureusement, le repos ne suffit pas. De plus, la fatigue accapare l’énergie nécessaire pour faire de l’exercice et d’autres choix santé. Mais les recherches publiées dans Microbiome ont offert une lueur d’espoir en établissant un lien entre le microbiome intestinal et l’apparition de divers maux. Plus précisément, les chercheurs ont découvert qu’ils pouvaient identifier avec précision les personnes qui souffraient de fatigue chronique en se basant sur les fluctuations du nombre de six bactéries intestinales clés. Il est difficile de déterminer si ces changements bactériens sont la cause ou le résultat de la fatigue chronique, mais le lien découvert suggère que la fatigue (et la persistante léthargie qu’elle engendre) trouve ses racines dans l’intestin.

Retrouver l’équilibre

Si vous êtes aux prises avec un des problèmes de santé énumérés ci-dessus, consultez un médecin. Cependant, un intestin sain est primordial à l’efficacité d’un traitement ou d’un médicament adéquat. Parallèlement, vous devriez donc bonifier votre santé en éliminant les aliments qui pourraient causer de l’inflammation dans votre système gastro-intestinal, minimiser les sources de stress et améliorer votre digestion en consommant des aliments fermentés et avec l’aide d’un supplément probiotique.

 

Références :

Satish S. C. Rao, MD, PhD, FRCP (LON), Abdul Rehman, MD, Siegfried Yu, MD, and Nicole Martinez de Andino, ARNP. Brain fogginess, gas and bloating: a link between SIBO, probiotics and metabolic acidosis. Clin Transl Gastroenterol. Juin 2018 ; 9 (6) : p. 162.

Rajilić-Stojanović M, Biagi E, Heilig HG, Kajander K, Kekkonen RA, Tims S, de Vos WM. Global and deep molecular analysis of microbiota signatures in fecal samples from patients with irritable bowel syndrome. Gastroenterology. Nov. 2011 ; 141 (5) : pp. 1792-801.

Kennedy PJ, Cryan JF, Quigley EM, Dinan TG, Clarke G. A sustained hypothalamic-pituitary-adrenal axis response to acute psychosocial stress in irritable bowel syndrome. Psychol Med. Oct. 2014 ; 44 (14) : pp. 3123-34.

Liying Yang, Xiaohua Lu, Carlos W.Nossa, FritzFrancois, Richard M.Peek, ZhihengPei. Inflammation and Intestinal Metaplasia of the Distal Esophagus Are Associated With Alterations in the Microbiome. Gastroenterology. Volume 137, 2publication, août 2009 : pp. 588-597

Daniel E. Freedberg, MD, MS, Benjamin Lebwohl, MD, MS, and Julian A. Abrams, MD, MS. The impact of proton pump inhibitors on the human gastrointestinal microbiome. Clin Lab Med. Déc. 2014 ; 34 (4) : pp. 771–785.

Komaroff, Anthony L. (13 juillet 2018), The gut-brain connection. Harvard Health Publishing. Document consulté au : https://www.health.harvard.edu/diseases-and-conditions/the-gut-brain-connection

Timothy J Steiner, Lars J Stovner, Gretchen L Birbeck. Migraine : the seventh disabler. J Headache Pain. 2013; 14 (1) : p.1.

Ramage-Morin PL, Gilmour H. Prevalence of migraine in the Canadian household population. Health Rep. Juin 2014 ; 25 (6) : pp.10-6.

Van Hemert S, Breedveld AC, Rovers JM, et al. Migraine associated with gastrointestinal disorders: review of the literature and clinical implications. Front Neurol. 2014; 5 : pp.1-7.

Doulberis M, Saleh C, Beyenburg S. Is there an association between migraine and gastrointestinal disorders? J Clin Neurol. 2017; 13 : pp. 215-226.

Fields, Helen. (Novembre 2015), The Gut: Where Bacteria and Immune System Meet. Johns Hopkins Medicine Fundamentals. Document consulté au : https://www.hopkinsmedicine.org/research/advancements-in-research/fundamentals/in-depth/the-gut-where-bacteria-and-immune-system-meet

Hsin-Jung Wu, Eric Wu. The role of gut microbiota in immune homeostasis and autoimmunity. Gut Microbes. Janv. 2012 ; 3 (1) : pp. 4-14.

Sunil Thomas, Jacques Izard, Emily Walsh, Kristen Batich, Pakawat Chongsathidkiet, Gerard Clarke, David A. Sela, Alexander J. Muller, James M. Mullin, Korin Albert, John P. Gilligan, Katherine DiGuilio, Rima Dilbarova, Walker Alexander, and George C. Prendergast. The Host Microbiome Regulates and Maintains Human Health: A Primer and Perspective for Non-Microbiologists. Cancer Res. 15 avril 2017 ; 77 (8) : pp.1783–1812.

Dorottya Nagy-SzakalBrent L. WilliamsNischay MishraXiaoyu CheBohyun LeeLucinda BatemanNancy G. KlimasAnthony L. KomaroffSusan LevineJose G. MontoyaDaniel L. PetersonDevi RamananKomal JainMeredith L. EddyMady HornigW. Ian Lipkin. Fecal metagenomic profiles in subgroups of patients with myalgic encephalomyelitis/chronic fatigue syndrome. Microbiome. Décembre 2017, 5 : p. 44